Léo Dupleix

Né en 1988, à Paris : compositeur et improvisateur.

Après des études de piano-jazz, dans différents conservatoires en France et en Belgique, il s'installe en 2015 au Japon pour 1 an. Depuis 2016, il habite à Paris.

Comme compositeur il utilise les possibilités de l’intonation juste (hauteurs tonales issues de la série harmonique, non-tempérées). Des mélodies simples, et qui se déroulent lentement, proche de la ritournelle ; un soin particulier apporté aux choix des intervalles, aux spécificités et à la physicalité des instruments ; le choix de formes longues, pour plonger dans le son ; des modes d’écritures proches de l'improvisation et sensible a « l'être ensemble » des interprètes ; la fascination pour le phénomène sonore et ses attributs, bruit, hauteur fixe, battement, consonance, silence... la résurgence de musiques anciennes, du moyen-âge européen et extrême-oriental, sont autant de caractéristiques d'une musique complexe et protéiforme, mais toujours en recherche de clarté et d'une certaine forme d'évidence.

Il travaille en ce sens avec d'autres compositeurs-musiciens : Taku Sugimoto, Félicie Bazelaire, Clara de Asis, Stefan Thut, Bertrand Denzler, Simon Roy Christensen, Ura Hiroyuki, Cristian Alveàr, Lauri Hyvärinen ....

Il propose des compositions pour ensemble, en Europe et au Japon (suidoubashi chamber ensemble, Ftarri ensemble, CôO, Sähkökitarakvartetti..), et des pièces à la lecture ouverte, pour un ou plusieurs instrumentistes, qui pourront prendre forme en fonction des contextes.

Il développe avec Max/MSP, une série de patchs autour de l'intonation juste : orgues numériques aux possibilités d'intonations étendues, pour l'improvisation, la composition, la recherche...

Il compose la musique des films du réalisateur Rémi Allier (les petites mains, césar du meilleur court métrage, zineke) , et crée la musique des spectacles de la chorégraphe Anna Gaïotti, avec le groupe vierge noir e (les antécédentes, 2020, a kiss without lips, 2021).